Histoire

Historiquement le territoire de l’actuelle commune de Lassouts était divisé en trois parties dépendant de seigneurs différents. Au Nord Est les terres autour de Saint Saby dépendaient de la Dômerie d’Aubrac. A l’Ouest les terres dépendaient du seigneur de Roquelaure. L’essentiel de la commune, la paroisse de Lassouts, avait le Chapitre Cathédral de Rodez pour seigneur.

Les premiers écrits connus remontent au XII éme siècle. Le pape Eugène III fait donation en 1147 du prieuré de Lassouts au Chapitre Cathédral de Rodez. A la même époque le seigneur de Calmont donne les terres de l’Ouest de l’actuelle commune à un Roca Lauri seigneur venu de la région d’Anduze. Lassouts va prospérer, au XIV ème siècle il est dénommé Castri de Sudibus et abrite un archiprêtré. 

Au XV ème siècle, à la fin de la guerre de Cent Ans, l’église romane est détruite par des routiers. Elle sera reconstruite par le Chapitre Cathédral qui utilisera des éléments de l’ancienne église, notamment le tympan classé. Au début du XVI ème siècle l’union des Roquelaure avec les seigneurs de Bessuéjouls va donner naissance à une famille qui va se constituer un énorme patrimoine. Au sommet de sa fortune, à la veille de la Révolution, les marquis de Roquelaure possèdent, outre de nombreux biens en Aveyron, la baronnie d’Apcher, la baronnie de Lanta ainsi qu’une propriété et une demeure à Toulouse, les châteaux de Ferals dans le midi, de Kergroadez en Bretagne, de Saint Valérien dans l’Yonne, D’Annezin et d’Aubourdin dans le Nord.

Sur la paroisse de Lassouts la justice est donnée en paréage par le Chapitre Cathédral et le Roi. Vers 1700 le Roi  alloue ses droits au marquis de Roquelaure.

Le Chapitre Cathédral vend au XVIII ème siècle sa demeure et son domaine de Lassouts à un bourgeois de Gabriac : François Aldias. A la Révolution son fils, François Aldias, deviendra l’homme fort et l’homme de loi de la commune. En 1790 Roquelaure, Saint Saby et Lassouts (sous le nom de Montrouge), sont élevés au rang de commune puis, dès 1795, inclus dans la grande commune de Gabriac. En 1800 Saint Saby est rattaché à Lassouts. En 1837 enfin la commune actuelle est créée « avec Lassouts pour chef-lieu ».

Armoiries Chapitre Cathédral de Rodez
Armoiries du Chapitre Cathédral de Rodez

La coopération connait un début précoce à Lassouts avec la création d’un premier syndicat agricole dès 1908. Comme partout dans l’Aveyron rural la Grande Guerre va opérer une saignée brutale (51 morts, plus de 5% de la population totale).

L’exode rural va continuer et s’intensifier dans les années 60. La construction du barrage de 1941 à 1947 freine un peu cette évolution. Les fermetures en 1976 de l’école de Roquelaure puis en 1993 celle de l’école libre illustrent bien cette évolution. La commune retrouve aujourd’hui une certaine stabilité et conserve une école publique.

Quelques personnages et familles marquantes

Armand de Roquelaure, 1721-1818

Fils cadet des seigneurs de Roquelaure Armand devint évêque de Senlis et académicien. Il vécut à la cour à Versailles et fut le confesseur du roi XV.

La famille Cabanette

Meuniers du moulin du Gourg, « seigneur » du Colombier  la famille Cabanette était la seule véritable famille bourgeoise de Lassouts, une branche s’est installée à Ambec près de Roquelaure. C’est là que naquit Clément Cabanettes (1851-1910) le fondateur de la ville de Pigüe en Argentine en 1884.

Jean François Xavier Aldias, 1762-1833

Homme de loi, maire de la grande commune de Gabriac, fut procureur impérial à Espalion au début du XIX ème siècle.

Sainte Emilie de Rodat

La fondatrice de la Congrégation de la Sainte Famille de Villefranche de Rouergue a séjourné à Lassouts à l’automne 1834 à l’occasion de la fondation de sa première école en milieu rural. Ce fut le début de l’important développement de cette Congrégation.

Armand de Roquelaure
Armand de Roquelaure

QUELQUES EDIFICES REMARQUABLES

Le château de Roquelaure

Construit sur la butte de Roquelaure par les Roca Lauri au XII ème siècle le château a été fortement aménagé au XVII ème siècle (tour intérieure style Renaissance, grande tour carrée). Laissé à l’abandon à partir de la fin du XIX ème siècle le château  tombe en ruines. En 1967 deux particuliers, Monsieur et Madame Habert, reprennent le château et réalisent une très belle reconstruction. Le château ne se visite pas.

La chapelle Saint Laurent

Chapelle castrale de Roquelaure, cet édifice roman rénové au milieu du XX ème siècle comporte de très beaux modillons dont un Christ remarquable. Elle est classée à l’inventaire depuis 1981, elle recèle une pieta du XVI ème siècle. La chapelle comme les deux autres églises de la commune est ouverte en journée. A l’arrière de la chapelle une plateforme permet de bénéficier d’un superbe point de vue sur la vallée du Lot et sur l’Aubrac.

 

L'église de Notre Dame d'Albiac

Cette petite église située dans le hameau de Notre Dame d’Albiac contient une très belle statue de la Vierge. Cette statue en noyer de la fin du XV ème siècle est classée.

L'église Saint Jacques de Lassouts

Cette église bâtie au XV ème siècle sur les ruines d’une ancienne église romane comporte de beaux éléments romans en réemploi : le tympan classé représentant le Christ dans la mandorle entouré des quatre évangélistes et de six apôtres, les fonds baptismaux, une piscine liturgique, des modillons placés en façade. Elle contient également une mosaïque récente dédiée à Sainte Emilie.

Le « château » de Lassouts

Edifiée par le Chapitre Cathédral de Rodez, cette demeure était l’élément principal des défenses du Castri de Sudibus. Elle a été remaniée par la famille Aldias. Elle contient d’intéressantes caricatures murales à priori de l’époque révolutionnaire. Propriété privée le « château » de Lassouts ne se visite pas.

Le barrage de Castelnau-Lassouts

Construit à partir de 1941 il fait partie de l’important réseau de barrages hydro-électriques du bassin Lot-Truyère, il est le barrage le  plus en amont sur le Lot. Il a donné naissance à une retenue paradis des pêcheurs et notamment des carpistes.

On peut également citer sur la commune  le « château » de Neyrolles et le moulin du Gourg hélas en ruines.

LE PETIT PATRIMOINE

La commune est riche d’un important petit patrimoine : fours à pain, héritage de la Révolution, fontaines dont celle du centre du village de Lassouts ou celle du barri mais surtout de très nombreuses croix : on en recense plus de 80 visibles depuis les routes et chemins. Certaines sont monumentales comme la croix de la Caumette récemment remise en place ou la croix des soldats.

D’autres sont remarquables pour leur thème : croix du Pescaïre route du Pouget haut, vierge en croix de Randières, croix biface des Azémars, Croix en basalte de Layral à Duc. La croix de mission du bourg de Lassouts, réalisée par un atelier de fondeurs de Lyon, présente les symboles de la passion du Christ.

Le patrimoine naturel

La commune de Lassouts est caractérisée par sa diversité géologique : calcaire vers Talpan et La Planquette, schiste dans la vallée du Lot, rougier sur une grande partie du territoire, effleurement de charbon par endroit et, bien sûr, roches volcaniques. Cette diversité s’illustre parfaitement par les matériaux de construction des bâtiments. Elle explique aussi l’extrême richesse de la flore : pas moins de 41 espèces d’orchidées ont été recensées ! La beauté de très nombreux points de vue est à signaler.

Le clapas de Thubiès

Improprement appelé coulée de lave cet éboulis de basalte résulte de l’érosion du socle situé sous la véritable coulée de lave (visible vers Cervelaure). Le sous-sol de cette coulée est lavé par des sources dont celle de Guzoutou en partie captée pour l’alimentation de Saint Côme.

Les rochers de Roquelaure

Les dykes (ou necks ?) bien visibles à côté du château de Roquelaure sont les restes d’une colonne de lave.

Les sources du Dourdou

Le Dourdou de Conques prend sa source au pied du bourg de Lassouts. Elle est particulièrement bien visible par fortes précipitations.